La revanche de Jafar

by Les Kids des Etoiles

/
  • Streaming + Download

    Includes high-quality download in MP3, FLAC and more. Paying supporters also get unlimited streaming via the free Bandcamp app.
    Purchasable with gift card

      name your price

     

1.
Prologue 01:17
Il était une fois, dans une contrée lointaine, un royaume magique qui prospérait grâce à son respect de deux valeurs fondamentales : devoir et dévotion. La 2D. Pendant des années, ce pays des contes de fées fut le point de ralliement de tous les artistes, créateurs et conteurs du monde qui s’y rassemblaient pour défendre leur chère 2D. Grâce à leur dur labeur, le royaume connut un merveilleux âge d’or, puis un second, encore plus glorieux encore. S’ensuivit une époque bien plus sombre. Le royaume tomba aux mains d’un sultan malfaisant qui le dévasta par sa négligence. - Pose dramatique. - Désespoir ! L’endroit le plus joyeux du monde était devenu l’endroit le plus tout pourri du monde ! Toutefois, un homme s’efforçait de restaurer l’ancienne gloire du royaume pour l’amener à son troisième âge d’or, prévu par une prophétie, mais en vain : cet homme demeurait incompris. C’est son histoire que nous allons vous conter. La véritable histoire d’un vizir royal.
2.
Jafar Chaque matin dans ce royaume Je n’échappe pas au désespoir Aux nombreux ravages qui le tourmentent Malgré mes efforts Toutefois j’y crois encore Un jour je changerai les choses Et tous les sujets reconnaissants me diront… Orphelin Va te faire ! Omar Va te faire ! Iago Va te faire ! Citoyen Va te faire ! Capitaine de la garde Va te faire ! Le boulanger Va te faire foutre Jafar ! Jafar Oh ! Bonjour monsieur le boulanger ! Le boulanger Qu’est-ce que vous faites aujourd’hui espèce de vieille raclure ? Iago — Il roucoule. — Vieille raclure ! Le boulanger C’est moi que tu traites de raclure, enfoiré ?! Jafar Non, non, je n’ai rien dit, c’était mon oiseau ! Il répète tout ce qu’il entend. La boulanger Ah ouais ? Tu sais ce que tu devrais lui apprendre : va te faire foutre, Jafar ! Marie ! Des baguettes ! Et que ça saute ! Omar Pourquoi n’y a-t-il rien à manger ? Le boulanger Pourquoi sommes-nous tous condamnés ? Maman Pourquoi mon bébé pleure tout le temps ? Orphelin Pourquoi je n’ai plus de maman ? Omar Moi non plus ! Citoyen Moi non plus ! Citoyenne, entre du fond Moi non plus ! L’optimiste, entre du fond et tous ceux qui ne l’ont pas encore dit, sauf Jafar Moi non plus ! Omar Le vrai coupable Est inmanquable : Jafar, vizir abominable Il est l’origine de nos soucis Optimiste Mais toutefois N’oubliez pas Que si chacun garde en soi La maxime que l’on se répète depuis tout petit : Chacun doit croire à sa bonne étoile Laissez la vie vous sourire ! Croire à sa bonne étoile Laissez-moi vous dire ! Si vous priez votre bonne étoile Votre bonheur est garanti Car si vous êtes jeunes et jolis Pas besoin de vous faire de souci Tous Un jour notre / votre prince viendra ! Jafar, entre du fond côté jardin Bonjour, je rapporte le livre que j’ai emprunté ! Son ami le libraire Oh Jafar ! Comment ça ? Seulement maintenant, espèce d’enflure ! Jafar Oui ! Je l’ai dévoré plusieurs fois ! C’est mon préféré ! La véritable histoire d’une sorcière incomprise qui n’est pas du tout méchante en réalité! Elle est simplement verte ! Mais on la blâme quand même pour tous les maux du royaume. Son ami le libraire Oh ! Pas la peine de crâner parce que tu sais lire ! Allez ! Dégage de ma librairie ! On n’a pas besoin d’intellos comme toi par ici. Jafar Mais… votre livre ? Son ami le libraire Garde-le ! Et va donc câliner les rats dans les égouts. Jafar Merci, monsieur. Merci infiniment ! Le libraire Pourquoi la délinquance fait rage ? Le libraire Pourquoi souffre-t-on du chômage ? Maman Pourquoi le soleil se couche la nuit ? Orphelin Pourquoi n’y a-t-il que des blancs en Arabie? ¬- Brouhaha - Citoyen Presque tous oui… Ah oui t’as raison. Le boulanger Elle a raison ! Omar Ah ben oui. On est majoritairement blancs, c’est bizarre. Le libraire Jafar ? Omar Jafar ! Tous Jafar ! Jafar ! Omar Quel homme honnête Pourrait croire la bête Qui se dissimule sous ces traits ? Maman Il a le visage d’un démon ! Optimiste Prions tous pour Qu’un heureux jour Cet homme laid nous laisse en paix Tous Peut-être que la fée bleue nous aidera ! Optimiste Il vous faut… Citoyen Croire votre bonne étoile Optimiste Elle comblera vos désirs Citoyenne Croire votre bonne étoile Optimiste Pour étouffer vos soupirs En croyant sa bonne étoile Le bonheur est garanti Car si vous êtes sûr d’être un gentil Une fée ou un génie Tous Viendra dissoudre nos/vos ennuis Jafar Oh excusez-moi madame ! Belle Oh pas de problème ! Mais à l’avenir, sortez votre stupide visage joufflu de ce putain de livre ! Jafar Je sais que je suis laid Les gens évitent de me regarder Je ne peux pas compter sur mon visage Mais parfois la laideur Oblige son porteur A être intelligent, futé et sage Les murmures dans le bazar De ceux qui n’osent croiser mon regard Et qui m’appellent Citoyens Vizir abominable ! Jafar Ces gens qui démentent Que leurs rêves mentent Dises que je fomente Quoi que je tente Pourquoi faut-il tous qu’ils voient Le monde comme un mirage Tous Croire à la bonne étoile Belle Il me faut six œufs ! Jafar Va donc en acheter ? Tous Prie à ta grande étoile Le boulanger Je veux m’envoler ! Jafar Mais tu planes ! Tous Dors à la belle étoile Le libraire Je veux devenir un cat ! Jafar : Quoi?! Le libraire : Va te faire ! Citoyens Car le secret du bonheur C’est le morceau de sucre Et ton cœur chantera Tes rêves bleus Omar Ne perdez pas espoir Bientôt ce sera la fin de Jafar ! Peut-être qu’un bateau le transpercera… Citoyen Ou qu’un nœud de lianes l’étranglera ! Optimiste Si les hyènes le dévoraient ? Le boulanger Ou encore s’il tombait ? D’une cathédrale… Le libraire D’un château Tous D’une falaise Alors croyons notre bonne étoile Et gardons le fol espoir D’un jour ne plus voir cet affreux Jafar ! Omar Va te faire !
3.
Aladdin : Je veux manger, Mais j’ai pas la thune, Pour m’loger Il m’faudrait une fortune C’est pourquoi Y a une seule règle dans la vie que je mène Je vole tout ce qui traîne ! Allez Abu, c’est la fête ! Abu Yay ! Aladdin Oh des raisins secs ! Je déteste les raisins ! Oh !¬ — Entrée de deux orphelins côté cour, Aladdin est faussement attendri. — Des petits orphelins ! Eh les gars ! Vous avez faim ? Vous voulez du pain ? L’orpheline Oh oui, monsieur ! Aladdin, lançant le pain côté jardin. Ben va chercher ! ¬ — L’orpheline sort en courant après le pain, l’orphelin, boiteux avec une canne, est plus lent. — Sans rire Je suis pas difficile Je vole tout ce que je peux dans la ville Mais j’m’en fais pas Car je vole au-dessus Des lois — Il vole la béquille de l’orphelin. — L’orphelin Eh ! Ma béquille ! — Il sort en manquant de tomber. — Aladdin Pas de bol, gamin ! Je vole tout ce qui traîne ! Le boulanger Du pain ! Qui veut du pain ? ! Du pain pas cher en ces temps difficiles ! Aladdin Hey ! Salut l’amigo ! Le boulanger Oh non ! Pas toi ! Tu m’as déjà volé un pain ce matin, ça te suffit pas ? Aladdin Oui, et à ce propos, tu devrais arrêter de mettre des raisins secs partout. C’est dégueulasse. Abu et moi, on en parlait tout à l’heure, et il a dit que si t’arrêtais pas, on devrait peut-être te tuer —Tête appropriée du singe. ¬ — Alors, forcément, je lui ai répondu « Non, Abu, on peut pas tuer les gens sur un coup de tête. ». Mais d’un autre côté, si tu continues à mettre des raisins partout… il pourrait me convaincre. — joue avec les joues du vendeur — Alors, plus de raisins. Compris ? Le boulanger D’accord ! Tiens, tu peux prendre celui-ci, y a pas de raisin dedans, promis ! Aladdin Merci, t’es trop cool ! Je vais passer le mot à mes poteaux voleurs, mais tu m’en dois une ! Ma vie on me dit de la gagner Oui mais moi ma vie je l’ai ¬— Entrée de l’Optimiste côté cour avec une pomme — Travailler ? sans façon Le patron ! Je préfère voler tout ce qui traîne — vole la pomme de l’Optimiste, elle sort en pleurant côté cour— Plutôt qu’de vivre chaque jour la même rengaine Un citoyen, passe la tête côté jardin - avant Flemmard Une citoyenne, passe la tête côté jardin - fond Glandeur Le boulanger, passe la tête côté cour Traînard Aladdin Losers ! Un travail ça se mérite Mais la vie mérite qu’on en profite Je vole et je signe Je signe et j’assume En plus l’économie dégringole Alors je me barre Quand arrivent les gardes Mais même si je passe à la casserole Au moins ici on rigole — À une fille du public : —Pas vrai, poupée ? Vieille dame, entre côté jardin-avant. Tu a des ennuis de plus en plus tôt, on dirait, n’est-ce pas, Aladdin! Aladdin Des ennuis ? Quels ennuis ? On n’a des ennuis que si on se fait prendre! Jezebel, entre côté cour Aladdin ? Aladdin Là j’ai des ennuis ! Jezebel Après la nuit qu’on a passée ensemble, mon ventre s’est arrondi. Maintenant mon père dit que tu dois m’épouser sinon j’apporterai le déshonneur sur toute ma famille. Aladdin Oh oh oh oh oh oh ! Je peux pas renoncer à ma liberté et à mes idéaux simplement parce que ton père est un enfoiré! Tu sais, si je me marie, je veux que ce soit par amour… Jezebel Oh Aladdin ! Je comprends. Aladdin Je savais que tu comprendrais. T’es vraiment une fille en or Jezebel ! Bon ben pas « Jezebel » C’est qui Jezebel ?! Aladdin Oh oh… grillé! — Il lui vole son sac à main, elle se défend et le frappe . — Pas Jezebel Enflure Aladdin Oh Wow… Le père, entre côté cour Raclure Aladdin Hé oh… Mais enfin qu’y a-t-il ? Le père Tu as déshonoré ma fille Aladdin Ah oui ça c’est vrai Mais faut l’avouer M’sieur, votre fille est bonne ! — High five avec le père. — Pas Jezebel Oui ! — Elle sort, son père aussi. — Aladdin Je ne fais que remplir mon devoir ! La dépouille c’est un art ! Je volerai des fringues, une baraque Un porte-monnaie je craque Les bonbons des enfants Et tous vos vêtements Je vole n’importe quoi La vedette, en éclats Je vole même les droits Mais sinon je serais pas là Même si je vole bien bas Je suis roi des voleurs Je volerai vos cœurs
4.
Jasmine Je suis la fille la plus puissante de la cour Un geste de ma main, mes domestiques accourent Mais au fond, à quoi bon ? Car ils ne comprennent pas… Ce que je ressens au plus profond de moi J’ai des gadgets, des servantes, des tigres Et tu te dis oui c’est un paradis ! Et c’est vrai, je suis gâtée Mais pas assez ! Je m’ennuie ! Je veux une vie...remplie d’aventures Où l’on ne me parle pas de droiture Braver moult dangers, sans jamais rien risquer Une demoiselle en détresse certaine d’être sauvée Je dois m’enfuir de ce palais Si je veux découvrir la liberté Je partirai demain Pour une oasis au loin Au cœur d’une forêt, habitée par sept nains C’est tout ce que désire mon cœur, Simplement tout et plus… encore Je veux la lune Je veux décrocher la lune Aller la caresser Dormir à ses côtés La faire coloniser par tous mes sujets Alors un soir Les gens qui disent que je m’égare Comme papa ou Jafar Me serviront une part Des croissants de lune que l’on dégustera avec le caviar Moi, je veux faire mes propres choix Pourquoi n’en ai-je jamais le droit ? Mais choisir c’est dur, On me demande d’être sûre, Pourquoi n’ai-je pas un domestique qui décide pour moi ? La vie d’une princesse Manque bien trop de tendresse C’est assez Pour me faire rêver D’être une pauvre orpheline, Mais genre… avec une maman ? Que ne donnerais-je Pour que mes souffrances s’abrègent Mes servants, mes gardes Servent de rambardes Et m’empêchent d’avoir Simplement tout et plus…. encore !
5.
Sables d’or, Ramenez-moi Au temps de mon bonheur Quand chacune de mes heures Brillait d’un amour Qui grandissait chaque jour Je souhaite réparer mes torts Sables d’or Ramenez-moi Sortie côté jardin. Scène 8. — L’épicier, la bijoutière et Omar, le poissonnier entrent et se placent en avant-scène, proposant leurs produits au public, en chœur. — Épicier Essayez ça ! Vos papilles vont chanter et danser ! Bijoutière La jeune dame a envie d’un collier ? Joli collier pour une jolie fille ! Omar le poissonnier Du poisson, du poisson ! Hihihi ! Honhonhon ! Jafar, entre côté cour dans son costume de jadis Salam les amis ! Et gloire à Allah en ce jour béni ! Épicier Salam Jafar ! Bijoutière Gloire à Allah toi aussi, Jafar ! Alors, le grand jour est venu ? Aujourd’hui enfin, le sultan aura un honnête homme à son service ! Vous allez être vizir-adjoint ! Vous saurez remettre les pendules à l’heure à ces politiciens corrompus Jafar, j’en suis sûre ! Jafar Oh, mes amis, je suis convaincu que nos dirigeants actuels font de leur mieux ! Ils leur manque simplement quelqu’un de résolu qui les aide à rester sur le droit chemin. Épicier Vous devez avoir raison Jafar ! Mais quel est votre secret ? Comment faites-vous pour être un homme à la fois bon, honnête et vertueux en toutes circonstances ? Jafar Oh, vraiment, mon secret est très simple. N’importe qui pourrait y arriver ! Je me contente de suivre la règle d’or ! Bijoutière Mais quelle est cette règle Jafar ? Jafar C’est aussi facile que de compter 1,2,3,4 Voici la règle d’or : La vie se partage Gardez cela en tête Vous vivrez moins bête Avec le bonheur en partage Suivre la règle d’or Ne demande pas d’efforts Traitez tous les autres Comme s’ils étaient des vôtres Ils feront de même pour vous Oubliez la loi du plus fort ! Pour corriger vos torts Demandez-vous ce que vous feriez Si vous étiez moins fortuné Suivre la règle d’or Une idée que j’adore Une telle approche réciproque Devrait traverser les époques Chacun y retrouve son dû —L’orphelin entre côté cour et veut voler du poisson, Omar l’attrape. — Omar Arrête, voleur! Orphelin Mais monsieur, j’ai faim! Omar Connais-tu le châtiment réservé aux voleurs? — essaye de lui couper la main avec un poisson — Jafar Attends une seconde, Omar. Quel est le problème, mon ami ? Omar Ce garçon a volé à mon étalage ! Jafar Mais est-ce à toi de faire la loi ? Omar J’en ai le droit, Jafar. Jafar Mais est-ce que tu le dois ? Oubliez la loi du plus fort ! Pour corriger vos torts Demandez-vous ce que vous feriez Si vous étiez moins fortuné Pourquoi couper la main d’un garçon qui pourrait être ton bras droit ? Omar Eh oui, je pourrais l’engager ! Jafar Et toi, mon garçon, ne vois-tu pas que si tout le monde volait à l’étalage d’Omar, ce serait lui qui mourrait de faim !   Tous sauf Jafar et l’Orphelin Grâce à la règle d’or Orphelin Ma faim m’a aveuglé et poussé à agir comme un animal ! Jafar Nous ne sommes pas de stupides animaux ! Nous devons penser avec notre tête et aimer avec notre cœur ! Alors, qu’en dites-vous ? Pouvez-vous travailler de concert ? Jafar Grâce à la règle d’or La vie se partage Omar Gardez cela en tête Orphelin Vous vivrez moins bêtes Omar et Orphelin Avec le bonheur en partage — L’optimiste entre côté jardin. — Omar et Orphelin Suivre la règle d’or Ne demande pas d’efforts Tous les autres Suivre la règle d’or C’est vraiment facile Omar et Orphelin Traitez tous les autres Comme s’ils étaient des vôtres Tous les autres Ils feront de même pour vous — Denise entre côté jardin — Omar et Orphelin Grâce à la règle d’or Tous Ils feront de même pour vous Omar et Orphelin Grâce à la règle d’or Tous Ils feront de même pour vous Omar et Orphelin Grâce à la règle d’or Tous Ils feront de même pour vous Jafar Bon je crois qu’on déjà bien ri aujourd’hui, les amis! — Rire général. — Je ferais mieux de me rendre au palais ! Tous sauf Jafar Bonne chance Jafar ! Et n’oublie pas Omar et Orphelin Suivre la règle d’or Une idée qu’on adore Tous les autres sauf Jafar Suivre la règle d’or C’est vraiment facile Tous Une telle approche réciproque Devrait traverser les époques Jafar J’y retrouve mon dû Eh oui ! Tous sauf Jafar On y retrouve son dû Tous sauf Omar et Orphelin J’y retrouve mon dû Jafar …ûûûûûûûûûûûûûûûûu Omar et Orphelin Suivre la règle d’or Suivre la règle d’or Tous les autres J’y retrouve mon dû J’y retrouve mon dû Femmes Grâce à la règle… Hommes Grâce à la règle… Tous Grâce à la règle…
6.
Je suis la règle de l’or Pourquoi ne pas le faire Quand tout l’or que j’ai Me permet de régner D’une poigne de fer Je suis la règle de l’or Si ce n’est pas moi, c’est lui Pour mon voisin qui travaille, Il n’y a pas d’or qui vaille Si … je l’ai vu avant lui ! Qui possède l’or dicte les règles Pour être sûr qu’elles lui profitent Quel est ce profit ? Tous De l’or Vizir Alors on relance la partie Tous On suit la règle de l’or N’espère pas gagner On ne fait pas la charité On cherche notre prospérité On suit la règle On suit la règle On suit la règle On suit la règle Vizir De l’or De l’or !
7.
Shéhérazade Je connais mille histoires Pour combler mille nuits Mais une toute nouvelle histoire m’enchante Un noble et jeune vizir Venu me secourir Aussi sage que charmant Aussi charmant que clément Cet inconnu se change vite en confident De la pauvre conteuse qu’il vient de rencontrer A sa grande surprise Elle est tout de suite éprise Elle brûle d’un désir qui la mène à demander Raconte-moi ton histoire Raconte-moi ton passé Décris-la-moi dès le départ Chacune de tes failles Chacune de tes victoires Raconte-moi ton histoire Tout ce que j’ai manqué Raconte-moi chaque péripétie N’omets aucun détail Savoure le récit Contes, légendes et histoires Je croyais tout savoir Pourtant celle-ci je l’assure Echappe à ma mémoire Jafar Le rêve d’un jeune vizir, secourir et servir Fut bouleversé dans les murs du palais Le pouvoir d’une histoire, d’un regard, d’un sourire Soudain il comprit avoir trouvé ce qui lui manquait Elle le réconforte et l’intrigue à la fois Lui le jeune rêveur qu’elle vient de rencontrer Sa présence le ravit Il est tout de suite épris Il brûle d’un désir qui le mène à demander Raconte-moi ton histoire, Raconte-moi ton passé Raconte-moi ton avenir aussi, Remplis mes jours mes nuits Du conte de ta vie Raconte-moi ton histoire Shéhérazade Raconte-moi ton histoire Jafar Tout ce que j’ai manqué Shéhérazade Raconte-moi… Jafar et Shéhérazade Je veux la savoir par cœur Et l’imaginer Comme un rêve en couleur Jafar Je ne croyais pas aux histoires Te voilà dans la mienne Jafar et Shéhérazade Depuis je rêve de partager La moindre de tes scènes Jafar J’ai oublié ce qui s’ensuivait Shéhérazade Nous le saurons bien demain Jafar Sais-tu déjà ce qu’elle répond Quand il lui demande sa main ? Shéhérazade Oh, oh… Ça t’en a pris du temps ! Oui ! Elle dit oui ! Jafar et Shéhérazade Mille et une nuits avec toi Ne me suffiront pas Faisons de notre histoire un conte sans fin Faisons de notre histoire un conte sans fin
8.
Si je croyais aux souhaits En toute naïveté Je chercherais cette caverne Tournerais les pages du temps Pour te sauver Si je croyais aux vœux Si je croyais à la magie Si je rêvais parfois Je serais un grand vizir Je comblerais tous nos désirs Si je croyais en moi Mais les vœux sont des rêves Et les rêves mentent La science et la raison Toujours me tourmentent L’une jure que tu es partie à jamais L’autre assure que je devrais t’oublier Mais toutefois j’espère Au creux de mon être Croire ce murmure secret Qui te sait Tout près Si je croyais aux souhaits Si je trouvais cette clef Peut-être pourrais-je enfin Changer notre destin Car après tout je dois être un homme bien Si en moi tu croyais
9.
Tu dois te dire… Que je suis parfait ! Mais je dois t’avouer la vérité. J’espère que tu ne vas pas commencer À me haïr… Ali Baba a quarante voleurs Shéhérazade mille histoires de cœur Moi je suis loin d’être aussi fort Je ne possède rien qui vaut de l’or Mon passé est une triste histoire Qui inspire le désespoir Toutefois je crois Que tu comprendras Je n’ai ni maman ni papa Ils sont morts. Au début de l’année. Personne ne me beurre mes tartines Personne ne me câline Personne ne m’explique la morale Entre bien et mal Ne me berce le soir J’aimerais revoir L’homme fier que j’étais enfant Dur d’être orphelin à 33 ans Aladdin Et depuis je suis seul ici E je dois vivre sans le sou La vie ne m’a laissé qu’un seul ami, Abu – A Abu – Ne sois pas jaloux J’aimerais trouver quelqu’un qui me comprend Dur d’être orphelin à 33 ans Ils me traitent de brigand De truand De vandale Je vais pas faire un scandale car je sais Que j’aurais pu être un homme fort Si mes parents n’étaient pas tragiquement morts Et après tout ça, On se dit que c’est Une aubaine Que j’aie su me relever Que j’ai décollé Pour voler tout ce qui traîne. Et je traîne avec un singe ici-bas Mais je m’en sortirai, crois-moi Même si l’on m’a abandonné, seul dans toute ma solitude Mais j’en prête le serment Quand j’aurai des enfants Je briserai le sort Tu m’entends Je refuse de mourir ! — Il brandit un poing — Pour qu’ils n’aient jamais La vie dure D’un orphelin de 33 ans.
10.
Happy End 03:43
Jafar Je vais devenir le héros Que les citoyens adorent ! En mon honneur ils paraderont Avec leurs singes et leurs paons ! Tous vont applaudir Leur illustre vizir Qui aura rempli son devoir Mais je ne suis pas un martyr Je veux juste que dans mon histoire Chacun ait la fin qu’il désire — Il sort. — Aladdin, entre fond de scène côté jardin Je voudrais déjà être riche J’ai entendu dire Que sous les diamants par monceaux On trouve des rubis par quintaux L’objet de mon désir L’argent ne peut me l’offrir Même si je voudrais bien OOh… me la payer J’aimerais mettre en éveil Sa caverne aux merveilles Telle est la fin qui me plairait Jasmine Mon pauvre petit Aladdin J’espère que tu vas toujours bien Car notre amour est une fête Mais moins sans ta tête Je rêve que tu puisses t’éclipser Sain et sauf mon trésor M’emmener dans un monde où nous aurons tout et plus encore Jafar : Un jour le génie m’annoncera : « Jafar, tu mérites tant de bonheur » Je souffre de voir à quel point tes souvenirs te brisent le cœur Est-ce qu’un homme au cœur si pur Est-ce qu’un esprit plein de droiture Ne mérite pas sa dryade ? Je sais ce que tu souhaites Alors si tu l’acceptes Je peux ramener Shéhérazade —Shéhérazade entre par le public, Jafar ressent sa main sur sa joue. Il la fait danser de loin.— Avec ma femme à mes côtés Mes torts seront pardonnés Le monde sera un paradis Nous vivrons la belle la vie Nous nous retirerons dans une chaumière Le soleil nous prêtera sa lumière Riches seulement de notre amour Nous aurons la fin dont nous avions rêvé Jasmine Je veux tout et plus encore Aladdin, se place sur un carton du décors, en hauteur Je vole tout ce qui traîne Jafar Nous vivrons heureux à jamais Heureux à tout jamais dès… Jasmine Simplement tout… Aladdin Je vole tout, tout, tout… Jasmine Je veux tout… Aladdin Je vole tout ce qui traîne… Tous Ce soir !
11.
John Dans ton pays on te vénère Mary A tes pi/eds on se prosterne Peter Sur le champ de bataille et dans nos cœurs, tu règnes ! Achmed Je sais Mais chez ces rustres il s’avère Que tout le monde je consterne Pour des lustres on ne parlera que de mon derrière John, Mary et Peter Ton derri/ère — Entrent d’autres pixgardes danseurs. — Achmed Enfin ! J’ai gagné mille combats sanglants Terrassé des soldats vaillants Mais personne ne se souvient d’Achmed Eviscéré des paysans Fait des colliers avec leurs dents Mais personne ne se souvient d’Achmed Dites mon nom à ces gens Personne ne vous comprend Jusqu’à ce qu’apparaissent Mon boxer et mes fesses Pixgardes Ton boxer et tes fesses ! Achmed Pour restaurer mon assise Sur l’trône de la tyrannie Nous ne pouvons suivre qu’une voie Commettre un terrible génocide Qui décimera l’Arabie On se souviendra de moi Ce royaume nous a oppressés pendant des années ! On m’a ignoré trop longtemps ! Nous déclarons la guerre ! John Couvert de boue ou de sang Mary et John Tu portes bien les petits cœurs Achmed Merci. Tous Mais personne ne se souvient d’Achmed Peter De soixante femmes tu fais le bonheur En une seule toute petite heure Achmed Moins ! Tous Mais personne ne se souvient d’Achmed Achmed Chez moi je suis un héros ! Toutes les femmes me sautent au cou Ici on me traite comme si j’étais une blague un peu lourde — Il se jette dans leur bras — Tous de , très lourde Achmed Je suis tel un dieu sur terre Mais même si l’on me vénère De temps en temps il m’arrive d’être au plus mal Tous Au plumard Achmed Je ne souhaite qu’un peu d’amour Pour me remettre de cette rebuffade Tous Rebuffade Oh cruelle rebuffade ! Achmed Ne suis-je pas beau à voir !? Ne vous attiré-je pas ? Ne seriez-vous pas prêts à donner corps et âme pour m’accueillir à mon retour de ce massacre unilatéral ? Et laver mon corps plein de sueur et de sang de votre langue ? Tous Tu sens bon quand tu transpires Que tes muscles tu étires Achmed Mais la princesse toujours me fuit ! Peut-être ne m’aime-t-elle pas Mais c’est sûr son affection grandira Quand j’aurais décimé son pays Tous Elle grandira Son affection grandira ! Achmed Qu’ils se moquent, qu’ils s’esclaffent Mais je leur donnerai des baffes Tous On ne rit que quand on est en vie On leur fera passer l’envie D’oublier ce qui compte ici Achmed Qu’est-ce qui compte tout le monde !? Tous Vos fesses, prince! Achmed Non ! —Fin piste son, silence gêné. — Peter Les fesses du tigre ? Tu les veux ?! Achmed Non ! — Nouvelle piste son. — Je reprends. Qu’est-ce qui compte ? Tous Achmed est roi de nos cœurs Et il a droit au bonheur Jamais plus on n’oubliera Achmed ! Peter Et tes petites fesses !!! Achmed On oublie mes fesses ! Tous Ils se souviendront d’Achmed ! Ils se souviendront d’Achmed ! Ils se souviendront d’Achmed ! Achmed Ils n’oublieront plus ! Tous Les fesses du tigre ! Les fesses du tigre ! Les fesses du tigre ! Les fesses du tigre ! Ils se souviendront qu’Achmed veut les fesses du tigre !
12.
Aladdin Vois ce palais doré Aux mille et une splendeurs Au contour évocateur Entends-tu parler ton cœur ? Et ces feuilles envolées Epellent un truc tendancieux Jasmine SFX ? Aladdin Si tu n’clignes pas des yeux Tu verras c’est merveilleux… Déshabille-toi Ou bien dois-je être plus subtil ? Voyage en plein ciel au fil Des nuits d’Arabie Aux mille et une folies Viens tout contre moi Jasmine Mon esprit vire, délire, chavire Mais j’ai soudain si chaud Et aussitôt Mes vêtements semblent très très inutiles Aladdin Enlève rien qu’un truc, c’est facile Jasmine Ici personne ne nous dit Que ce qu’on fait est interdit Aladdin Tu es plus chaude qu’en plein jour Jasmine J’ai une insomnie d’amour Aladdin Dans mon rêve bleu Je saurai éveiller tes sens Jasmine Ton romantisme est fabuleux Dès qu’on sera mariés tous les deux Aux délices aux merveilles De ce voyage Au septième ciel sans nuage Aladdin et Jasmine Enlace-moi Aladdin Couche toi sur le tapis volant Jasmine J’espère que tu es sérieux Pour des instants envoutants Jasmine et Aladdin Cet océan d’étoiles Ciel de cristal Aladdin N’est-pas le septième ciel dont je te parle Jasmine Doit être le septième ciel dont tu me parles Jasmine Tu m’aimes ? Aladdin Euh, ouais ! Jasmine Et tu es prince ? Aladdin Poupée, je suis le prince le plus puissant du monde. Jasmine Plus puissant que le prince Achmed ? Aladdin Je sais même pas qui c’est ce mec. Jasmine Eh ! Peut-être que je vais pouvoir sauver le royaume de cette façon ! En t’épousant ! Épouse-moi Aladdin ! Aladdin Si je dis oui, alors… Embrasse-moi… Jasmine Attends de voir Aladdin Allonge-toi Jasmine Mille nuits encore Aladdin Enlève au moins le pantalon ? Jasmine Aladdin, non ! Aladdin Ecoute, princesse. Je sais que tu as peur, et moi aussi. C’est la première fois que je fais ça (sur un tapis volant.) Jasmine Eh bien, jusqu’au mariage, est-ce qu’on pourrait pas simplement rester assis l’un contre l’autre, à contempler les étoiles ? Aladdin, faussement résigné. D’accord. D’accord. Tu as confiance en moi ? Mets-toi toute nue.
13.
Jafar, entre fond jardin. A mon sultan j’ai dit non La pire des trahisons Mais j’avais de bonnes intentions Je l’ai fait pour une raison Si j’ai de la chance ils me tuent Sinon ils me torturent Comment ai-je pu croire m’échapper après une telle injure ? Si je parviens à la ramener Je serai peut-être pardonné Mais si mon crime améliorait le monde où nous sommes coincés ? N’est-il pas de mon devoir d’aider le peuple de cette nation ? Comment appliquer la règle d’or dans cette situation ? Car les petites gens Seront reconnaissantes et ravies Mais en revanche le sultan M’en voudra de l’avoir trahi Deux voies s’offrent à moi Chacune déplaira à quelqu’un J’ai toujours avancé sur un unique et droit chemin. La tentation m’appelait Mais toujours résister j’ai su Où dois-je tourner quand la route est devenue si… si… Ursula entre côté jardin Tordue ? Jafar Qui êtes-vous ? Ursula Comme vous, je suis amenée à parcourir des voies bien sombres. Jafar Mais, je vous connais ! Des histoires de Shéhérazade ! Ursula Hmm, hmm, hmm. Vous pensez me connaître D’autres en pensent tant de vous Mais ! Chaque histoire à deux facettes ! Jadis c’était moi la reine de l’océan Je tenais mes promesses en toute bienveillance Mais mon frère respectait d’étranges coutumes d’antan Il aime que les femmes soient Reines du silence Il m’a détrônée, désavouée et en prime délogée Aux confins du royaume dans une grotte isolée Il a pris mon sceptre et ma couronne Je n’ai pu regagner le trône J’ai enterré la vérité à mes côtés L’histoire continue Mais la version plus connue est… Tordue Scar entre côté jardin Une douleur que je ne connais que trop bien ! De toute la savane, j’étais le roi le plus progressiste Les lions et les hyènes vivaient en parfaite harmonie J’ai mis fin à une querelle datant d’un âge antique Je m’attendais presque à tout, sauf peut-être à la suite Mon frère a mangé mes lionceaux et dérobé mon trône Chassé les hyènes, repris le pouvoir pour les lions et les lionnes On m’a toujours dénoncé pour ma défense de l’unité Donc sur l’opportunité de rétablir le bien j’ai… Sauté Tout le monde m’a attaqué Mon destin s’est révélé Bien tordu… Ils n’étaient pas prêts à écouter mes idées. Ursula Ce ne sont pas tes idées qui les dérangeaient. C’est cette affreuse cicatrice que tu as sur le visage. La chance sourit aux plus jolis. Gaston Au contraire ! — Il entre du public— Mon seul crime était d’aimer… Elle était la seule ici-bas, que je trouvais digne de moi, intellectuellement parlant. Mais alors, quelle tragédie ! Elle a été prise en otage dans un château hanté peuplé de meubles démoniaques La solution m’a parue évidente ! J’ai volé à son secours ! Mais comment deviner qu’elle était tombée amoureuse de son ravisseur ? Ça ne me semble pas… complètement sain, surtout étant donné que c’est une sorte de monstre-grizzli… ? Un buffle-garou ! Qui porte une cape. Mais le cœur a ses raisons Et parfois ses raisons sont tordues (Tordues, Etranges, Bizarres, grotesques) Ursula Je voulais juste récupérer mon dû ! Scar Je voulais juste qu’on soit tous égaux ! Gaston Je voulais juste la sauver ! Maléfique, entre côté jardin Je voulais juste qu’on m’invite à la fête ! Scar Je voulais juste améliorer les relations entre les espèces ! Crochet, entre côté jardin Je voulais juste lui apprendre le sens des responsabilités ! Ursula Je voulais juste donner une voix au peuple ! Crochet Qu’il ne finisse pas comme moi ! Gaston Je voulais juste l’aimer ! Ursula Je voulais juste aider les cas désespérés ! Maléfique Être acceptée ! Scar Vivre en harmonie ! Maléfique Pour une fois ! Crochet Je n’ai jamais connu mon père ! Tous Je voulais juste, je voulais juste, je voulais juste… Ursula … La justice Scar … La paix Gaston … L’amour Maléfique …L’amitié Crochet … L’éduquer Cruella, entre côté jardin Je voulais juste un manteau fait en bébés chiens ! Jafar Mais pourquoi ?! Tous, en brouhaha Mais quelle idée ? Nan ça c’est vraiment méchant ! Scar Tu nous aides pas vraiment. Ne faites pas attention à elle. — Cruella sort côté jardin. — Ursula C’est une situation déplorable. — Ils sortent tous côté jardin. — Mais, étant donné les circonstances, vous méritez votre revanche. — Elle sort côté jardin aussi. — Jafar Que reste-t-il d’un homme, une fois que cet homme est mort Seuls les souvenirs de ses actions, de ses exploits vivent encore Mais si les réussites d’un homme ne figurent pas dans l’histoire Alors les actes qu’on oublie représentent-ils sa mémoire ? Si la guerre éclate demain, ce sera catastrophique Oublions ma réputation, je suis mort en toute logique. Comment sera mon histoire ? Que diront-ils de moi ? Est-ce qu’au moins elle importera ? La question demeure est-il plus noble de l’esprit D’être inefficace mais apprécié Ou droit mais détesté ? Je ne serai pas le héros Que les citoyens adorent Mais si je me cache pour me sauver Ne serait-ce pas pire encore ? Ne serait-ce pas pire encore ? La route serpente, c’est sûr Mais je marcherai droit L’anti-héros qu’ils méritent, eh bien ce sera moi ! Je n’ai plus rien à perdre La seule voie qui reste est tordue — Il prend la lampe dans son chapeau. — Je serai méprisé Et mes mots déformés Tant pis si je n’ai personne pour me pleurer Qu’ils enterrent le côté de l’histoire qu’ils n’apprendront jamais Qu’ils tordent la vérité Qu’ils déforment mes faits Et moi, tordu je serai !
14.
L'étincelle 04:09
Jasmine Que vais-je faire sans toi pour me guider ? Quelle route prendre ? Comment savoir ? Et je risque tant de m’égarer Si tes conseils échappent à ma mémoire ? Jafar Elle se dessine en toi Celle qui me manquait Les mêmes yeux, le même cœur Que j’ai toujours aimés Je t’ai tant aimée Je sais qu’au fond de toi La petite graine Un jour se changera en fleur Tu as l’étoffe d’une reine Tu m’as toujours écouté Vole maintenant de tes propres ailes Tu as toujours eu ce pouvoir Et cette étincelle Jasmine Ce pouvoir étincelle Dissimulé en moi Ce diamant d’innocence en mon cœur Se trouve là grâce à toi Si je peux faire de grandes choses Ce n’est pas inné, ne vois-tu pas ? Tu es celui qui l’a mise là L’étincelle en moi Jafar et Jasmine, se donnant la main Ne te fie pas aux apparences Car s’il n’a l’air de rien Le pouvoir de l’amour en partage Nous change tous en magiciens Peu importe où la vie nous mène Elle ne nous séparera pas Jafar Ensemble envers Jasmine Et contre tout Jafar et Jasmine Je te garde au creux de moi Et je chérirai à jamais Ce que le monde ne sait pas voir Jafar Tu as le cœur d’une princesse Jasmine Ton cœur est fait de tendresse Jafar et Jasmine Et tu es l’étincelle L’étincelle en moi Tu étincelles en moi Jafar Princesse, quels sont vos trois souhaits ? Jasmine Je souhaite qu’on trouve un moyen de vivre en harmonie avec Pixar. Et je souhaite que le royaume ait un sultan qui en fasse à nouveau l’endroit le plus joyeux du monde. Jafar Quoi d’autre ? Jasmine Je souhaite te voir rester un peu Notre histoire commence à peine Jafar Désolé, princesse. Il y a un ou deux nota bene, deux ou trois quiproquos… C’est un souhait que je ne peux pas accorder. Jasmine Je souhaite ton bonheur éternel Jafar C’est fait, ma reine. —Jafar sort côté jardin. —
15.
Mille et une vies avec toi Ne me suffiront pas Jafar et Shéhérazade Enfin notre histoire est un conte sans fin Tous Que notre histoire soit un conte sans fin
16.

credits

released April 11, 2015

Mixage : Lorlelei Cazajeux
Musique : StarkidProductions
Paroles : Cécile et Juliette Parichet

license

all rights reserved

tags

If you like Les Kids des Etoiles, you may also like: